Expose tous les jours de 15h à 18h30, sauf Lundi et Mardi.
5, rue François DONNET - 06220 VALLAURIS
tél : 04.93.64.13.50 
A  l'AFFICHE  ACTUELLEMENT
GAEL CHANDELIER

Gaël CHANDELIER : Peintures

Après une période figurative, son travail s'oriente depuis plusieurs années vers une recherche plus abstraite et géométrique où rentre en considération la transformation de matériaux divers ainsi que l'utilisation du relief et du vide.

Cette transformation est pour lui un domaine d'exploitation et d'investigation sans fin sur lequel il se concentre aujourd'hui.

La construction de chaque pièce comporte un cheminement à la fois évident et en même temps obscur. Les étapes entre la genèse et l'aboutissement d'une oeuvre sont nombreuses, elles comportent une grande part d'essais et d'erreurs qui rebondissent au fur et à mesure vers une structuration cohérente puis une finalité parfaitement assumée.

Gaël Chandelier vit et travaille à Vallauris depuis 5 ans.

 

du 16 février 2007
au 18 mars 2007

 

EMILE CROCIANI

Emile CROCIANI (1902 - 1979) : Peintures

Paysan toscan - mineur dans la Meuse, trente trois ans ouvrier - chauffeur de four à l'usine à gaz de Nice. Labeur harassant. L'âge de la retraite vient en 1950. Il s'installe à Vallauris, ses potiers, Picasso.

Crociani interroge, découvre dans les nombreuses expositions visitées. Une exigence serpente, un besoin s'impose, il doit peindre. Il peint.

Il exposera de 1959 à 1969 dans l'ancienne mairie de Vallauris invité aux expositions "Autour de Picasso" avec les grands maîtres : Matisse, Braque, Léger, Wols, Poliakoff, Tatin , Giacometti, Cottavoz, Coignard.

En quelques années il va livrer les trésors murés quarante ans dans son âme.

Une oeuvre spontanée, liberté de construction, audace du dessin, harmonie concertante ou contrastée des couleurs. Quelles ressources inconnues peuvent donner à un homme ces dons ?
in Jacques Lepage

 

du 8 décembre 2006
au 14 janvier 2007

 

JEAN PIERRE LIHOU

Jean Pierre LIHOU : Peintures & Sculptures

Echanges mélanges et rencontres, une autre façon de vivre la création picturale.

"Les aimantins singuliers et multiples" de Jean Pierre Lihou amorcent un processus dynamique et ininterrompu de création picturale basé sur les rencontres et les mélanges, au sein du tableau ou de la sculpture d'éléments mobiles qui viennent transformer à l'infini le sens initial.
"Avant tout, Lihou fait trembler la relation conventionnellement instituée entre créateur et spectateur. Bien plus, il la bouleverse et en finit avec l'idée que l'oeuvre serait un produit achevé, qu'il conviendrait de théâtralement transporter de galeries d'exposition en musées, comme certains portent au peuple le Saint-Sacrement.
Sa peinture et ses sculptures sont des propositions, riches des promesses de toutes leurs futures transformations. Ce sont des objets en devenir, des organismes réellement vivants dont le géniteur n'est plus l'Artiste, mais l'ensemble de ceux qui auront le désir, et la possibilité, de participer à leurs métamorphoses imprévisibles et inouïes."
Christian Petr / Ecrivain, universitaire

Pour la première fois en France le public va pouvoir jouer à construire du sens et des significations en manipulant des créations picturales originales d'un type nouveau.
Notamment il pourra intervenir dans "la marche du monde" ou suivre "la liberté libérant les peuples" ou encore prendre un "bain de soleil sur la banquise". Environ un millier de pièces, toutes uniques, seront à la disposition des visiteurs qui pourront les transformer à leur gré.

 

du 1 avril 2006
au 30 avril 2006

 

BERNARD MORTEYROL & BEPPO

Bernard MORTEYROL : Peintures
BEPPO : Sculptures

L'oeuvre de Morteyrol s'insère dans le mouvement de la Figuration Narrative et établit un rapport direct avec le Salon de la Jeune Peinture dont il sera du reste membre du Comité (de 1970 à  1975) et Président (de 1974 à  1975).
Les belles années sont là, fructueuses, marquant peut-être la fin d'une époque, celle de la contestation, de la réflexion, celle du temps où les débats d'idées faisaient briller les yeux et sublimaient les passions, bref, l'artiste s'engageait dans la production de sens.
A cette époque, Morteyrol côtoie les Fromanger, Ernest Pignon Ernest... et expose avec Cueco, Fleury, Latil, Parre, Tisserand (la Coopérative des Malassis), Messac (groupe des quatre - oeuvre collective en 1976 avec Naccache et Birga)...

Même s'il explore depuis quelque temps le verre ou la céramique, Beppo est un artiste du métal et de ses modes spécifiques de travail, incontestablement. De l'objet métallique - outils, moteurs... - aux plaques d'acier. C'est un artiste du volume simple et à la présence très affirmée : parallélépipède ou trapèze. Ses oeuvres s'imposent au regard et occupent l'espace plus qu'elles ne jouent avec lui. Le métal est affirmé comme tel jusque dans le traitement des surfaces : il est brut, poli, marqué, rouillé, aucune couleur ajoutée ne vient ici masquer la matière ; si le regard est moins sollicité par les va-et-vient entre la sculpture et l'environnement, il l'est ainsi beaucoup plus par ce qui se passe sur les surfaces, jusqu'aux dessins ou aux traces qui les sillonnent parfois dans des cheminements aléatoires.

 

du 18 novembre 2005
au 18 décembre 2005

 

TYMEN

TYMEN : Peintures

"... Le dessin pur, la simplicité monacale, l'aridité presque des toiles de Tymen, ce sont des signes romans. C'est à  dire à  l'évidence ceux d'une architecture utile, où rien de superflu ne vient distraire le propos. Du roman, ou du cistercien, plutôt, par le refus du beau.

Tymen n'emploie pas de couleurs éclatantes. Volontairement, il utilise des tons sourds, feutrés, le blanc, l'ocre et le noir. Il le dit, il le proclame : la couleur, c'est un son. Et ce silence qu'on trouve dans certaines chapelles, il l'invente sur la toile.

Mais le silence ne signifie pas que Tymen veut se taire. Simplement, il faut bien y revenir à ce noir, à ce noir jamais strié, toujours net comme le destin dans sa fin dernière, le silence est le lieu où Tymen a choisi de faire entendre sa voix.

Tymen dit tout en décidant de ne dire que l'essentiel. Le jour et la nuit, la bonne santé et l'horreur de la maladie, la naissance et la mort, la justice et l'injustice, le bon et le mauvais. A travers quelques couleurs, par le truchement de quelques lignes..."

Maurice Bruzeau.

 

du 7 octobre 2005
au 30 octobre 2005

 


PAOLO BONI & CUCHI WHITE

Paolo BONI : Peintures, Reliefs et Gravures
Cuchi WHITE : Photographies

Paolo Boni, peintre, graveur possède une oeuvre appréciée dans le monde entier. Il est un des auteurs de la "Nouvelle Gravure", mouvement né dans les années 57, 58. Son travail se concentre autour de deux pôles : la "graphi-sculpture", nom trouvé en 1970 pour définir la spécificité de ses gravures, et la peinture, l'une s'enrichissant des recherches de l'autre. Il travaille à Paris et à Vallauris où il habite depuis près de 50 ans.

Cuchi White, son épouse depuis 1953, est une photographe réputée pour ses travaux sur le trompe-l'oeil, les paysages et bâtiments baroques, et pour ses reportages insolites et inédits de lieux d'art : musées, jardins, cimetières, centres historiques comme technopoles d'aujourd'hui. Elle a aussi beaucoup collaboré avec des écrivains comme Georges Perec, Michel Butor, Louis Nucéra.

A l'initiative du groupe Quartz, Paolo Boni et Cuchi White, pour la première fois, réunissent leurs oeuvres dans un même lieu, 5 rue F. Donnet dans le vieux Vallauris.

 

du 2 septembre 2005
au 25 septembre 2005

 

SERGE PLAGNOL

Serge PLAGNOL : Peintures et Dessins

"... Cela tient à l'immédiateté de la couleur, on sent très vibrant le bonheur heuristique des intensités plastiques organisées dans la localisation et l'harmonie, en même temps qu'elles s'exercent dans des espaces différents. Certaines toiles se sont fourrées la tête dans l'herbe ou les feuilles, d'autres s'enivrent de l'espace classique d'un intérieur aux plans perceptibles, un, deux, trois, ou de la géométrie de l'arbre sur la ligne d'horizon.

Cela ne compte pas, ce n'est pas un débat sur les objets du réel figurés, c'est une fabrication signée Plagnol. Cela aussi participe de la joie heuristique : il se découvre, il se trouve, le peintre..."

Claude Beller

 

du 25 juin 2005
au 24 juillet 2005

 

JACQUES LAVIGNE

Jacques LAVIGNE : Peintures

Jacques Lavigne propose un travail, construit autour de couleurs et de papiers déchirés, qui nous emmène dans un monde poétique oú la musique et le silence, l'infini et le vide ne cessent de se côtoyer.

Jacques Lavigne réinvente une perception du monde sensible. Il nous installe dans un monde de formes vivantes, vagues végétales et minérales, toujours changeantes qui déferlent sur nos partis pris, nos amours et nos colères.

L'oeuvre de Jacques Lavigne entremêle déchirures, collages, papiers froissés, signes calligraphiques et couleurs vives dans un équilibre chromatique parfaitement maîrisé, tourné vers l'intériorité et la recherche de l'harmonie, sans concession à l'esthétique.

 

du 13 mai 2005
au 5 juin 2005

 


ALBERT THIRY & ALAIN RUFAS

Albert THIRY : Sculptures & Céramiques
Alain RUFAS : Peintures

Albert Thiry réalise des sculptures ayant pour thèmes des personnages aux accents autant humoristiques que pathétiques : amoureux timides, bouffons et fous, dames et cavaliers, guerriers et baigneuses, animaux de toute sorte, personnages de la littérature ou de l'histoire. La stylisation des formes, la richesse des décors et la maîrise des volumes révèlent toujours la justesse du dessin et une qualité artistique indiscutable, tandis que les engobes et les émaux mettent en évidence une juxtaposition harmonieuse et personnelle des couleurs, servie par des techniques de cuisson et de réduction parfaitement maîtrisées.

Après de brillantes études aux arts-déco de Nice, Alain Rufas découvre Vallauris et s'intéresse au travail des potiers locaux. Il s'installe alors dans le vieux Vallauris et fournit à l'admiration de ses collectionneurs de superbes pièces tournées, émaillées ou chamottées, puis une multitude d'oeuvres qui s'apparentent de plus en plus à des sculptures en terre. La frontière est vite franchie vers des sculptures plus fortes et plus monumentales où les couleurs peuvent se côtoyer dans un foisonnement parfois ludique. Aujourd'hui, retrouvant ses premiers émois, il nous livre un parcours pictural où son moi resurgit à l'état brut.

 

du 15 octobre 2004
au 13 novembre 2004

haut de page